l'avenir n'est qu'une question de temps
saisie pour accès à votre administration
nom passe





Rechercher






_

Vous êtes à la page : Samuel Flocks

Entretien avec Samuel
imprimer cet article

5sens : Bonjour Samuel Flocks, remis de votre aventure ?
Samuel Flocks : J'avoue que ce fut une épreuve pour moi, une expérience exceptionnelle. Il m'a fallut quelques semaines pour revoir le jour !

5sens : Combien de temps a duré le tournage ?
SF : L'écriture vous voulez dire. Eh bien ça dépend des différents rôles. Pour ma part près d'un mois, surtout le soir et la nuit. Il arrivait souvent que nous laissions une scène en suspens le soir. J'étais alors dans une situation pas possible, sans même que l'auteur eu la moindre idée de la façon de s'en sortir. Je restais alors comme cela toute la nuit, voire un jour ou deux. C'était pour le moins fatigant.

5sens : Justement, quelles ont été vos rapports avec l'auteur ?
SF : Très bon, il est mon créateur, je lui dois tout. Je pense avoir réussi toutefois à lui échapper de temps en temps. Je lui soumettais quelquefois des idées, nous avons très bien collaboré. Il était très dur avec tous les acteurs. A chaque fin de chapitre il nous arrivait les pires maux. Il prenait un malin plaisir à nous mettre des bâtons dans les roues.

5sens : Ah ? L'histoire s'écrivait au fur et à mesure ? Vous ne saviez pas où vous alliez ?
SF : On ne peut pas dire ça. Dès la première page, on connaissait la trame complète et nous avions même une idée précise de la fin. L'auteur a vraiment respecté le fil conducteur, ce qui donne une histoire cohérente. Par contre, certains rebondissements sont arrivés sans que nous nous y attendions, ce qui explique notre surprise et nos réactions au fil des pages. L'auteur est un pervers, mais il s'est laissé prendre à son propre jeu, jusqu'à arriver au point de non-retour, avec notre... non, je ne vous en dis pas plus, peut-être que certains de vos surfeurs n'ont pas encore lu le livre.

5sens : Connaissiez-vous vos «collègues » d'aventure ?
SF : Plus Franck que Lucie. Mais tous deux m'étaient déjà connus. Franck est un gamin. Le rôle lui va à merveille, à ceci prêt qu'il est plus fidèle en amitié que son rôle, même s'il ne le montre pas toujours. Quant à l'amour... Je pense qu'il n'a pas eu trop de mal à entrer dans le rôle. Il arrivait toujours à l'heure sur le tournage, il nous faisait son numéro, toujours d'une manière très caustique. Mais vous gagneriez à mieux le connaître, il est remarquablement intelligent.

5sens : Et Lucie ?
SF : Ah Lucie, magnifique... J'étais aux anges de devoir tomber amoureux d'elle ! Autant vous dire que l'épilogue m'a refroidit autant qu'il a amusé Franky ! Lucie est une sanguine, elle fonce, quelquefois dans des murs, mais elle arrive souvent à ses fins. Quelquefois au détriment de ses amis, mais il faut savoir parfois faire des choix pour avancer. En tout cas, elle était « vrai » sur le tournage et j'ai pris vraiment beaucoup de plaisir à travailler avec elle.

5sens : Vous parliez de l'épilogue, il était prévu au départ ?
SF : Non, justement. Evidement, la logique voudrait que l'histoire s'écrive avec un happy-end, entre Lucie et moi. Trop évident pour l'auteur... Je vous ai dis, c'est un pervers ! Heureusement, la suite n'est que spéculation du lecteur, nous n'avons pas eu à la tourner !

5sens : Tout au long du livre, il y a en effet une histoire d'amour, mais jamais d'acte réel...
SF : Oui, ce n'était pas le propos du livre, ce côté est très sobrement évoqué, même si Franky s'y fait une réputation très chaude...

5sens : Vous vous revoyez depuis la fin de l'aventure ?
SF : Pas vraiment, je n'ai plus de nouvelles de Lucie, et Franck est toujours aussi fermé. De temps en temps on se croise mais c'est très rare.

5sens : Pas de suite prévue donc ?
SF : Non, je ne pense pas. Nous ne sommes pas des héros, encore moins récurrents. Ce fut une expérience vraiment géniale, je ne regrette rien. Maintenant c'est au lecteur de nous faire vivre.

Blog de Samuel
imprimer cet article